Grand Débat National Phase 2 : Le grand sondage orienté!

image_pdfimage_print

 

La seconde phase du grand débat a débuté avec le courrier du Président de la République le mardi 15 janvier 2019.

Le gouvernement est seul maître à bord comme on s’y attendait. La présidente de la CNDP Chantal Jouanno a démissionné le 14 janvier 2019 pour éviter d’être mêlée à cette mascarade de démocratie.

 

Elle s’exprime dans un article de Marianne du 25 janvier 2019 :

« Nous n’avions pas prévu de faire une opération de communication, on avait prévu de faire un grand débat »… « Le grand débat est faussé »

« Quand vous procédez uniquement par un questionnaire, on sait très bien comment ça se passe, la réponse est déjà faite« .

« C’est un autre exercice, où vous choisissez les questions, qui sont forcément orientées, forcément il y a toujours des biais dans les questions que vous posez. Là par exemple, si vous voulez travailler sur la question du travailleur pauvre et du pouvoir d’achat, des hôpitaux, du handicap il n’y a aucune question portant sur ces sujets ».

 

Pour ceux qui veulent voir à quoi ressemble le site du Grand Débat, ils constateront que Chantal Jouanno a vu juste. Nous avions fait la même analyse.

Vous avez accès à une carte localisant les réunions sur la France entière donc près de chez vous, vous pouvez organiser des réunions par vous-même, vous pouvez contribuer avec vos propositions, vous avez même des kits prémâchés. Tout cela est séduisant, mais voilà tout est verrouillé : Les thèmes sont imposés : « transition écologique », « fiscalité et dépenses publiques », « l’organisation de l’état et des services publics » et « la démocratie et la citoyenneté. Pour chacun de ces quatre thèmes, vous constaterez qu’il vous est proposé un questionnaire unique et le comble, le questionnaire est identique pour les contributions et pour les fiches imposées pour les réunions que vous organisez.

 

Ce débat est une grande mascarade. Ce sont des questions fermées, l’expression n’y est pas libre. C’est un vaste sondage orienté!

 

Edouard Philippe de passage à Sartrouville le 25 janvier déclarait « …le RIC, ça me hérisse…».

 

La forme prise par le grand débat et la déclaration du premier ministre à Sartrouville confirment que l’exécutif et LREM s’opposent bel et bien à la démocratie d’initiative citoyenne, et profitent du pseudo-grand-débat pour faire leur communication. Citoyen, circulez, il n’y a rien à débattre !

Laisser un commentaire