Compléments d’actualité du 30 avril au 6 mai

En Australie, Macron a bien fait rire en parlant de la femme « délicieuse » du premier ministre

En français dire qu’une femme est « délicieuse » n’a rien de choquant, même si le terme est quelque peu désuet. Mais traduire littéralement cette expression dans la langue de Shakespeare n’est pas vraiment une bonne idée, comme l’a appris Emmanuel Macron à ses dépens ce mercredi 2 mai.

Source : HuffingtonPost (2 mai)

A force de vouloir utiliser la langue de ses maîtres, le globish, Monsieur Macron vient de commettre une nouvelle faute diplomatique. La fonction et le rôle du président de la République française est de promouvoir la francophonie et, à cet effet, d’utiliser le français. Monsieur Macron montre une fois de plus qu’il a totalement mérité son prix citron.

 

Macron échoue à se poser en médiateur sur la question iranienne

Sur la question de l’accord sur le nucléaire iranien, Emmanuel Macron a pris le risque de se mettre à dos l’Iran et de compromettre sa posture d’« honnête courtier », capable de négocier un « nouvel accord », en prenant à son compte l’ensemble des critiques américaines.

Source : La Croix (3 mai)

Le suivisme dont Macron fait preuve vis-à-vis de Washington ne lui donne aucune influence sur Trump, mais compromet sérieusement la capacité de la France à se poser en médiateur sur les crises internationales.

 

PAC : Bruxelles demande des coupes « de 5% »

La Commission demande un budget en hausse à 1 279 milliards d’euros pour 2021-2027 malgré la perte importante prévue avec le Brexit. Elle demande également des coupes « de 5% environ » des fonds alloués dans la Politique agricole commune (PAC) et la politique de cohésion de l’UE. Bruxelles prévoit aussi de « restreindre l’accès aux fonds de l’UE » en cas de violation de l’Etat de droit.

Source : Le Dauphiné  Libéré (2 mai)

En résumé, la France va payer plus et recevoir moins de l’UE. Nos agriculteurs vont être sacrifiés. L’UE va aussi se servir des fonds que les Etats lui donne pour obliger les Etats bénéficiaires récalcitrants à rentrer dans le rang. Le broyeur bureaucratique des nations est en marche.

 

1er mai : pourquoi les CRS ont tardé à intervenir face aux « Black Blocs » ?

Johan Cavalerio, délégué national CRS du syndicat Alliance, juge « incompréhensible » la stratégie des forces de l’ordre. « Aucune consigne n’a été donnée », assure-t-il.

Source : RTL (1er mai)

 

Laisser un commentaire